Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
>  MACQUET EXPERTISE  <  Votre Expert Immobilier Amiable & Judiciaire (Cour d'Appel de Riom) intervenant secteurs Clermont Ferrand, Puy de Dôme 63 et Auvergne, étendus à toutes régions en valeurs vénales et loyer commercial.

L'immobilier commercial selon DTZ

16 Novembre 2010 , Rédigé par MACQUET EXPERTISE Publié dans #PRIX - IMMOBILIER COMMERCIAL

Ferrari-store.jpg

L’immobilier commercial séduit toujours les investisseurs, estime le conseil en immobilier DTZ. Selon l’étude « Property Times France Commerce T3 2010 » consacrée à l’immobilier commercial en France au troisième trimestre 2010, le secteur est porté par l’apparition de nouveaux concepts et des enseignes qui ont, ces derniers mois privilégié les emplacements de qualité, « cherchant notamment à enrayer la baisse d’activité par une politique d’ouverture de magasins ». Néanmoins, tous les secteurs d’activité ne sont pas au beau fixe. Ainsi, si le secteur de la restauration « se porte plutôt bien, avec des taux de fréquentation globalement repartis à la hausse entre janvier et septembre 2010 », le marché de l’habillement par exemple se heurte « toujours à des difficultés, avec une contraction de l’activité continue depuis 3 ans ».

En conséquence, les valeurs locatives des « pieds d’immeuble » se sont globalement maintenues, que ce soit à Paris ou dans les principales villes de province. « La dichotomie entre emplacements prime et secondaires s’est toutefois accentuée en 2010 », constate DTZ. Les enseignes privilégiant les axes « prime » et les emplacements de centres commerciaux, les valeurs locatives des axes secondaires sont donc en baisse. Les valeurs des centres super régionaux et régionaux établis sont restées stables, à respectivement 1 300-1 500 €/m²/an et 900-1 100 €/m²/an pour des surfaces comprises entre 150 et 200 m². « Les grands centres commerciaux français affichent en effet des taux de vacance très faibles malgré la crise économique et la qualité des artères commerçantes « prime » des grandes villes en font des placements défensifs par excellence », souligne DTZ.

Surtout l’immobilier commercial prend une place de plus en plus importante dans les choix d’investissements : « Face à la pénurie actuelle d’actifs à acquérir, de nombreux investisseurs s’intéressent aujourd’hui aux produits de commerces dans leur stratégie de diversification. Ainsi, avec près d’1,7 milliard d’euros d’engagements, les actifs commerciaux ont recueilli plus de 25 % des investissements en immobilier d’entreprise banalisé en France depuis le début de l’année 2010, une proportion jamais atteinte », indique le conseil en immobilier. En termes de taux de rendement, le marché français s’inscrit pleinement dans la tendance européenne, orienté à la baisse depuis fin 2009. Londres et Paris enregistrent les taux les plus bas pour les emplacements de centre-ville, inférieurs à 5 %. De même, les taux de rendement des centres commerciaux ont observé une évolution similaire, pour se positionner aujourd’hui dans une fourchette comprise entre 4,60 % en France et 6,25 % en Espagne.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article